RAPPORT SYNODE GENERAL DE POLI 2017

EGLISE EVANGELIQUE LUTHERIENNE DU CAMEROUN EELC

PROCES VERBAL
DU 30e SYNODE GENERAL

THEME : « Libérés par la grâce de Dieu : la grâce n’est pas à vendre ; l’homme n’est pas à bon marché ; la création n’est pas à bon marché » (Ephésiens2 :8)

TENU A POLI DU 21 AU 25 JUIN 2017
Pendant cinq jours, les filles et filles de l’Eglise Evangélique Luthérienne du Cameroun, les Partenaires et Eglises-sœurs, venus des quatre coins du Cameroun, de l’Europe et des Etats-Unis d’Amérique ont activement pris part à ces assises qui habituellement sont particulières pour la vie de l’EELC. Ce 30eme Synode général était très couru dans la mesure où l’élection du nouvel Evêque était au programme.
Ce rapport général immortalise pour la prospérité, les temps forts de ce grand rendez-vous de l’EELC rythmé par des méditations diverses, des enseignements édifiants, des élections hautement chrétiennes et des fortes résolutions.

JOURNEE DU MARDI 20 JUIN 2017
Elle fut consacrée au Conseil des Evêques. Ce Conseil se tint à huis-clos.
JOURNEE DU MERCREDI 21 JUIN 2017
Ce jour, il y eut accueil et installation des délégués, puis la tenue d’un Conseil Synodal extraordinaire, à huis clos.
JOURNEE DU JEUDI 22 JUIN 2017
Culte d’ouverture, mise sur pied du bureau du Synode général et Enseignements ont meublé cette journée, marquant de la sorte le début effectif de ce 30ème Synode général.
I. CULTE D’OUVERTURE
Initialement programmé la veille, c’est plutôt en matinée de ce jour que le culte d’ouverture fut célébré.
Au préalable, les Synodaux auditionneront la lecture inextensio, par, Monsieur HAMIDOU DJOULDE, Secrétaire Général de l’EELC, du récépissé de déclaration de manifestation.
Conférant à ce Synode toute sa légalité.
La célébration cultuelle couplée à celle de l’eucharistie se poursuivra par la suite avec un autre moment fort : la méditation tirée d’Actes 8 : 1-14
Dans son homélie, la Revde MOUMIE PHILOMENE épouse Teneku partira du principe selon lequel le Salut est un don de Dieu. Elle poursuivra en faisant un constat amer : ce salut est désormais commercialisé dans ce monde gagné par le sécularisme. La pratique de la Simonie est malheureusement constatée dans certains groupes religieux et chez certains clergés et assimilés. Après avoir tiré la sonnette d’alarme qui s’impose, elle débouchera sur la conclusion suivante : « Nous avons encore la possibilité de changer. Nous pouvons changer. Bien aimés, arrêtons d’évaluer la grâce de Dieu en terme d’argent. Il ya des choses qui ne s’achètent pas. Le salut et tout ce qu’il donne comme paix, amour, miséricorde, joie, protection, ne sauraient avoir un prix. La Simonie est un péché. Les dons de Dieu, la grâce divine, nous avons tout reçu gratuitement, donnons gratuitement. »

II. MISE SUR PIED DU BUREAU DU 30e SYNODE GENERAL
Conduite par le secrétaire général, cette opération qui a connu une légère modification des propositions du CS aboutira à la composition de ce bureau comme suit :
Président : Rev. HAMADICKO Jean Marcel
Vice/Présidente : Revde MBAÏLARY Martine
Rapporteurs : -MAÏOUA LAMBA Samuel
-WAINKI Patrice
Censeur : ONANENA Odilon
Le bureau ainsi formé prendra aussitôt la direction du synode.
Pour le reste de la journée, le premier enseignement pouvait alors être dispensé.
III. ENSEIGNEMENT
THEME : « Libérés par la grâce » (Ephésiens 2 :8)
Orateur :Rev Dr FROUISSOU Samuel
L’orateur part d’un postulat : la liberté ne peut être qu’un don. Elle est pure grâce de Dieu et non le résultat des efforts de l’homme.
Son enseignement s’articulera autour de la réponse à une double problématique : quelles sont les caractéristiques de cette liberté dont parle l’Apôtre Paul et comment celle-ci se manifeste aujourd’hui parmi nous ?
La première partie de l’enseignement porte alors sur la liberté chrétienne dans les lettres de saint Paul. Seront évoqués tour à tour, le degré de servitude de l’homme pécheur ou les « trois servitudes » de l’ancien homme (le fait d’être dans la chair, l’entrée progressive dans un processus de dégradation spirituelle et celle qui nous courbe sous le joug de la Loi de Moïse comme le Juif) et la liberté de l’homme nouveau « la liberté des enfants de Dieu » dans les Epitres de Paul (la liberté de fils, celle dans l’esprit saint, la libre pour servir et libre pour aimer).
La deuxième partie quant à elle est intitulée « Luther et sa théologie du salut par grâce sans les œuvres de la Loi »Elle s’attellera à montrer comment cette liberté se réalise, la perspective christologique, le service du prochain, Luther et d’autres discours sur la liberté, Luther et les temps modernes, puis, l’apport possible de la Réformation à une réflexion actuelle sur la liberté.
L’on retiendra entre autres qu’il ne faut pas voir en l’autre une entrave à la liberté ; faire tout avec tous ; la liberté que Christ donne c’est pour aimer ; le chrétien ne vit pas pour lui-même, il vit en Christ par la foi et il vit en son prochain par l’amour ; ce qui libère l’homme, c’est l’évangile et la foi ; chacun de nous doit être pour l’autre, un Christ ; le message réformateur empêche de réduire la foi à l’éthique.

IV. INTERVENTIONS DES PARTENAIRES
NMS : Pour Erik BISCHLER, Directeur Régional de la NMS pour l’Afrique francophone, l’année 2017 est singulière pour les Luthériens, car elle commémore le 500ème anniversaire de la Réformation.
Il évoquera l’arrivée de l’évangile au Cameroun avant de scander que « nous appartenons tous à l’EELC, sans distinction ; la NMS est en partenariat avec l’EELC et non les individus ».
De même, il lancera une exhortation : il existe des choses beaucoup plus importantes que les problèmes mineurs ; il faut se poser la question de savoir ce que chacun peut faire face à tout cela et non attendre qu’on fasse tout pour soi.
Enfin, il proposera une question de réflexion : quelles initiatives prendre en tant que Eglise face aux nombreux défis de l’heure » et présentera un livre au titre porteur « Use your talents »
ELCA ET ELCIC : Intervenant également pour le compte d’ELCIC la représentante d’ELCA Anne LANGDJI, a tout d’abord exprimé sa fierté pour l’excellence des relations qui existent entre l’EELC et les partenaires sus mentionnés. Elle rassurera l’EELC de l’accompagnement continu des partenaires qu’elle représente. Elle précisera davantage que le message délivré par la NMS est également celui d’ELCA.
Avant de saluer tous les chrétiens de l’EELC, elle s’exclamera en ces termes : « Quelle joie d’être ensemble pour déclarer que nous sommes libérés par la grâce ! »
LBT : Rev KUHN MIKE, assumant l’intérim à la tête de la représentation de LBT au Cameroun a exprimé sa joie d’être à poli et doublement transmis ses salutations propres puis celles de LBT.
Il s’est réjoui des nombreuses publications enregistrées avant de promettre le soutien continu, financièrement et par des prières.
Il annoncera l’arrivée d’une forte délégation de la LBT de l’Afrique centrale, de l’Afrique de l’Ouest puis du Canada pour une retraite au ranch de Ngaoudaba.
La grande nouvelle à retenir également de la LBT, c’est la construction prochaine de la maison de la Bible à N’Gaoundéré.
Pour terminer, l’orateur précisera que c’est un projet jamais entrepris par LBT avec une Eglise nationale.

V. LECTURE ET ADOPTION DU PV DU 29e SYNODE GENERAL DE BERTOUA
Mgr l’Evêque National a proposé que cela soit fait pendant la présentation de son rapport. Cette proposition fut adoptée à l’unanimité.

VI. RAPPORTS
1. RAPPORT DE MONSEIGNEUR l’EVEQUE NATIONAL
Ce rapport a tourné autour des trois points focaux ci-après :l’état des réalisations des décisions du 29e Synode général, les activités de l’Evêque National, quelques réalisations, les défis assortis des perspectives d’avenir, incluant également toutes les institutions.
1.1. Etat des réalisations du 29e Synode Général
En dehors des résolutions 27 et 28, toutes les 29 autres ont été réalisées, soit un pourcentage de 97%.
1.2. Activités de l’Evêque National
Comme à l’accoutumée, elles se sont faites sur le plan national et celui international. Elles s’articulent autour de quatre points essentiels :
 autour de la réconciliation
Les procédures amorcées ont abouti à la célébration de la réconciliation dans la région du Mbéré, du 1er au 4 Août 2015 à Meïganga-centre et GerZandaba.
Les fruits récoltés sont : la réconciliation de tout le District de GerZandaba, puis le « retour aux sources » de quatre Pasteurs (Rev. Dr DJIDERE Daniel ; YADJI Docko, MBOYANGA Justin, et OUMAROU Paul) puis, le détachement d’une communauté de la dissidence à Bamyanga (à mettre à l’actif de la région Centre).
Il convient de souligner qu’après plusieurs rencontres avec Son Excellence Réné Emmanuel SADI, Ministre de l’Administration Territoriale et de la Décentralisation, celui-ci a pris actes des nouveaux membres du bureau exécutif de l’EELC.
Par ailleurs, Mgr a pris part au CA de l’UPAC, au Conseil exécutif du CEPCA et de l’édition CLE ; a installé certains Evêques Régionaux et présidé la traditionnelle rencontre avec ces derniers ; les relations avec les Partenaires ne souffrent d’aucun mal.
 Les voyages nationaux et internationaux
En dehors de certains voyages nationaux implicitement évoqués au 2.1, l’Evêque National et certains de ses proches collaborateurs furent tour à tour dans les pays ci-après et pour les raisons précisées dans ce tableau :
N° LIEUX MOTIFS
1 SUISSE Rencontres théologiennes organisées par ELCA
2 Marangu (tanzanie) 500e anniversaire de la réforme
3 Participation aux assises de LUCWA
4 WINDHOEK(Namibie) Préassemblée de la FLM, 12e AG de la FLM avec l’élection de la Revde Ada Jeannette épse MAINA comme Vice-Présidente de la FLM pour la sous-région Afrique
5 Chicago (USA) Synode régional ELCA
6 Dakoda du Sud(USA) Visite administration
7 Suisse et Allemagne Immersion dans la communauté et le luthéranisme
8 Wittenberg(Allemagne) Visite logement Luther
9 Johannesburg (Afrique du Sud) 12e AG de la FLM

 Les régions
Le tableau synoptique ci-après donne une vue d’ensemble de ces organes névralgiques de l’EELC
N° REGIONS EVEQUE REGIONAL NBRE DIST. NBRE FIDELES OBS
1 Centre Mgr Elogo M. Alix 16 26160 21 Pasteurs
2 EST MGR NGUEMBE D. Nestor 10 26.000 19 pasteurs
3 MBERE Mgr Pitang Roger 16 20.000 17 pasteurs
4 NORD Mgr Yaya Bournang 07 8.500 07 Pasteurs
5 NORD-EST Mgr Masnel Siméon 09 11026 17 Pasteurs
6 NORD-OUEST Mgr Djongué Edouard 07 06 Pasteurs
7 OUEST Ngitchefé Pierre 09 2.500 06 Pasteurs
8 SUD-OUEST Mgr Hamadicko Jean Marcel 05 12057 16Pasteurs
9 SUD-EST Mgr Ndanga Sola Martin 06 10.500 10 Pasteurs
10 SUD Mgr Baïguelé Jean 03 2.500 11 pasteurs

L’on retiendra également la multiplication des temples avec l’appui de ELCA et la NMS ; le redressement du climat social dans l’ensemble avec pour corollaire, la régularité des subventions, la confection des contrats et des cartes professionnelles pour tous les Pasteurs.

1.3. Les institutions
La présentation des rapports de ces piliers de l’Eglise a donné l’occasion au guide spirituel de l’EELC de faire un tour d’horizon du fonctionnement de l’œuvre de santé, des directions de l’évangélisation et Mission, Femmes pour christ, du Projet d’environnement, de la Direction de l’éducation chrétienne, de la Clinique dentaire, du SRIC, du SEDUC, de la JEELC, de la Formation Biblique et Théologique, puis du CLON.
Dans l’ensemble, les difficultés que connaissent ces institutions ont été passées au peigne fin. Mais de nombreux motifs de satisfaction furent également relevés. En gros, il s’agit de:
 La création du Centre Luthérien de Guérison Spirituel ;
 La création du fichier des femmes ;
 L’organisation des campagnes de plaidoyers sur le reboisement auprès des autorités administratives, traditionnelles et politiques ayant abouti à la création de 05 sites de forêts communautaires dans 05 districts pilotes (Mbé, Gamba,Ngong,Garoua 1&2, Maroua) car l’EELC pense que pour combattre la changement climatique avec ses impacts négatifs dans le monde, chaque être humain a le devoir de préserver la nature tout en l’exploitant artisanalement et industriellement pour les générations d’aujourd’hui et de demain ; inciter les chrétiens et les populations à planter au moins 5.000arbres dans leurs localités ;
 Le projet d’agrandissement du service dentaire ;
 La signature d’un accord avec le ministère des Arts et de la Culture pour rendre efficaces les archives de l’EELC sur le plan national ;
 La création de deux directions au sein de l’enseignement biblique et théologique, à savoir : la direction de l’enseignement supérieur et la direction de l’enseignement biblique avec la nomination des directeurs à leur tête ;
 L’ouverture en vue de l’antenne ophtalmologique de Garoua ;
 La création et la dédicace de la clinique ophtalmologique de Bertoua, la clinique dentaire de Garoua, la transformation du Centre de santé de Bankim en hôpital ;
 L’octroi de 38bourses d’étude entre 2013 et 2017
1.4. Les défis et perspectives
 Sur le plan juridique et pour la réconciliation, l’EELC n’a plus aucun procès aux tribunaux ;
 Le retour du projet Fo kpayono, encore appelé Œuvre du Développement Rural(ODR) ou PADI. Ce projet agro-industriel est dénommé « GERMAN-CAMEROON AGRI AND FOOD PROJECTS GROUP. Il s’étallera sur 5ans, renouvelable 1fois; couvrira 10.000ha repartis en 8 zones, Tibati est retenue comme champ pilote ;
 La création en vue des Centres de santé de Mandal (région Nord-Est), de Songkolong et Ngambé-tikar, de Yaoundé, l’ouverture imminente du centre médical de Meïganga, Lokoti, Ngaoui, l’ouverture imminente de la clinique ophtalmologique de Garoua et du Centre de santé de Lagdo.
 Des projets de construction de 50 logements sociaux derrière le Collège protestant de N’Gaoundéré (dossiers déjà ficelés), la construction de la maison de la Bible (avec le soutien de la LBTCanada), la construction d’un Musée, la dotation de l’EELC d’une procure (aménagement de l’actuel Evêché en procure avec 30 chambres et déménagement pour le nouveau bloc administratif en construction);
 Poursuite du projet d’espace vert qui sera étendu à toutes les Régions et invitation de chaque chrétien à planter un arbre, fruitier de préférence, comme le recommande la Fédération Luthérienne Mondiale.
Ce rapport de Mgr NGOZO Ruben s’achèvera par des remerciements adressés à tous les Partenaires de l’EELC, aux Directeurs des institutions et à tous ses proches collaborateurs et Chrétiens.

II-RAPPORT DU PRESIDENT DU CONSEIL SYNODAL
M. Paul KITIKIL présentera son rapport de fin de mandat en quatre parties.
La première partie portera sur le fonctionnement du Conseil synodal : pendant son mandat, le CS a tenu 8 séances ordinaires, 02 rencontres consultatives avec les Partenaires, 06 sessions extraordinaires. Dans l’ensemble, ces rencontres de délibérations, de concertation, d’informations et d’évaluations furent sanctionnées par de nombreuses résolutions.
De plus, le CS a procédé à l’approbation des CMP, l’adoption et la dotation de l’EELC d’un manuel de procédures administratives et de gestion comptable, la mise en place des commissions d’enquêtes « parlementaires » et leur descente au Padi, à la communauté gbaya, au SEDUC au Colprot et à l’ILTM.
La deuxième partie quant à elle a fait état de l’Etat des résolutions du dernier Synode. Ainsi, il y a eu réappropriation de la dénomination « EGLISE EVANGELIQUE LUTHERIENNE DU CAMEROUN ». Les changements inhérents à l’adoption de l’épiscopat s’opèrent progressivement, la cellule juridique permanente est mise en place ; des actions ont été menées pour l’affiliation des ouvriers à la CNPS ; les informations financières des institutions, de plus en plus réalistes et mieux élaborées sont fournies avec promptitude ; l’évangélisation est redynamisées à travers des journées et cellules de prières et les domaines fonciers non titrés de l’Eglise sont sécurisés.
Quant à la troisième partie, consacrée à l’état des relations avec les partenaires : Fondamentalement, deux rencontres consultatives avec la NMS, ELCA, la LBT et autres ont eu lieu. Elles avaient pour objectif la revisitassions des termes des différentes conventions qui lient les deux parties. Des problèmes d’ordre technique et protocolaire n’ont point permis la présentation des clauses finales à Poli pour ratification et adoption.
Sur le plan interne, les rapports entre les Comités techniques, le BE et le CS manifestent une harmonie. Et les difficultés financières résultant de la baisse des subventions, la difficulté d’implémentation des grands projets sont réelles (cf. Projet Université).
Consacrée aux difficultés, défis et perspectives, la troisième partie stigmatise la méconnaissance ou l’irrespect des textes, l’indiscipline, le mépris souverain de l’autorité.
En guise d’esquisses de solutions, le Président sortant dd CS propose : le respect des textes fondamentaux et de la hiérarchie, des réflexions profondes doivent être menées pour pallier la baisse drastique des subventions et la mue de l’ILTM en Université, la lutte contre les indélicatesses financières, des efforts à fournir dans le sens du « vivre-ensemble ».
M. Paul KITIKIL adressera ses remerciements et sa reconnaissance du sommet jusqu’à la base de l’EELC pour toute la collaboration que cet organe supérieur a bénéficiée pendant ses deux mandats.

III- RAPPORT DU DIRECTEURF FINANCIER
Dans son rapport, M.TAKI TOMKAO, ressortira l’état des finances pendant la période inter synodale, il relèvera les difficultés diverses avant de déboucher sur des propositions de solutions.
Parlant de l’état des finances, il a ressorti
-d’une part, les différentes ressources internes que sont : les œuvres diaconales, les antennes, les logements mis en location, les contributions des institutions reversées à l’administration centrale
-d’autre part, les subventions de l’Etat et des partenaires.
S’agissant des difficultés diverses et propositions de solutions, l’argentier de l’EELC soulignera tour à tour l’insuffisance des moyens financiers, la baisse drastique des effectifs dans les institutions scolaires. Comme par le passé, il proposera la nécessité pour l’Eglise de trouver des voies et moyens à même de lui assurer une autonomie financière.

IV-RAPPORT DU CONTRÔLEUR GENERAL
Comme à l’accoutumée, les audits et contrôles internes ont principalement meublé les activités du CG.
Après avoir relevé les difficultés observées çà et là, Monsieur BETROGO Jacob débouchera sur les suggestions suivantes : un audit des ressources humaines au niveau de l’œuvre de santé, la prospection des nouvelles sources de financement au niveau du système éducatif et la sensibilisation des fidèles de l’EELC sur la nécessité à inscrire leurs enfants dans nos écoles, l’encouragement du processus de centralisation au niveau des unités ecclésiales, la mise en place de la direction des projets et programmes, la dotation de la direction des projets en personnel.

JOUURNEE DU VENDREDI 23 JUIN 2017

MEDITATION PAR LE REV.DJIDERE NGUEMBE Nestor
Après la lecture du Psaume 126, l’Orateur en viendra à la méditation proprement dite, tirée de 1Pierre2 :4-5.
En partant de la symbolique de la pierre du fait de sa solidité, sa qualité et sa quantité, le Rev, débouchera sur la métaphore de la pierre vivante qui est Christ. Il relèvera par la suite que la communauté chrétienne doit sa force aux croyants individuels appelés à vivre ensemble, malgré leurs différences. L’Eglise est bâtie sur christ, son fondement. Malheureusement, celle-ci fait face aux pesanteurs tels que le tribalisme, l’égocentrisme, l’orgueil, l’incrédulité, la paresse…
Moralité, elle s’est détournée de sa mission principale et fait valoir les intérêts égoïstes.
Comme solutions, il proposera la préservation de la paix et l’harmonie, la contribution au développement, les prières à la repentance et le réveil spirituel.

I. PHASE DES DEBATS
Ceux-ci ont porté sur tous les rapports présentés. De ces jeux de questions-réponses, l’on peut retenir :
-la présentation littéraire du rapport financier en lieu et place des chiffres globaux qui auraient clairement présentés les recettes et les dépenses ;
-l’absence d’une grille salariale au sein de l’Eglise
-le désir des synodaux d’être mis au parfum des procédures engagées pour la récupération des 70.00.000Frs CFA logés à la BIAO ;
-le sort encore ambigu des Evêques émérites ;
-le conflit de compétence entre la commission de réflexion théologique et le CCC ;
-la curiosité de connaitre le montant de la somme allouée à la descente sur le terrain pour la réconciliation ;
-la prise des décisions concernant l’éducation sans la consultation du SEDUC ; la mort de l’œuvre scolaire en dehors de la ville de N’Gaoundéré ;
-l’évocation du problème de 11 Pasteurs qui seraient divorcés et remariés, etc.

II. ENSEIGNEMENT

THEME : « L’homme n’est pas à vendre ». (1Jn3 :17-18)
Orateur :Rev. DJOULDE Jean-Marc
Le berger précisera aussitôt que c’est un thème d’actualité et interpellateur.
Ayant mené sa réflexion sur les idoles et les idéologies qui maintiennent l’homme captif, il se penchera sur le regard théologique, ce que l’Eglise peut faire.
En somme, l’homme, créature de Dieu a une dignité. Celle-ci est pervertie au 21e siècle car l’homme est devenu un animal pour la science, une marchandise pour le système d’économie de marché néolibéral. Cependant, l’homme n’est pas à vendre. Des mesures sont préconisées à l’échelle nationale et internationale. L’EELC a-t-elle des possibilités de réponses ? Ses fidèles sont-ils dans le cercle de décision pour faire entendre la voix prophétique ?

III. TRAVAUX EN COMMISSION
Cinq commissions furent mises sur pied :
Commission des Affaires administratives et juridiques
Président : Monsieur ANGOULA
Commission des Finances
Président : Monsieur KOULAGNA BELLO Silas
Commission de l’évangélisation
Président : Revde MOUMIE Philomène épse TENEKU
Commission développement et stratégies
Président : Monsieur NADJIBER Daniel
Commission de réflexion théologique
Président : Rev. Dr NGAH Joseph

JOURNEE DU SAMEDI 24 JUIN 2017
I. MEDITATION par le rev. Jean Lamy, tiré de Romain 8 :20-22
Cette méditation se résume en ces termes :
« La grâce, la créature, l’âme ne peuvent être vendues. L’EELC non plus. Christ a pris la résolution de nous affranchir des forces du mal, à condition de l’accepter. Car celles-ci et le christ ne sauraient cohabiter. Quand nous agenouillerons-nous devant Dieu pour lui demander de nous affranchir ? »

II. INTERVENTION DES EGLISES-SŒURS

2.1 EFLC ET CEPCA
Personnellement présent, le Rév. ROBERT GOYEK parlera au de l’EFLC et le CEPCA ;
D’emblée, il évoquera tour à tour l’histoire commune et le témoignage commun des deux Eglises Luthériennes fondées dans la partie septentrionale du Cameroun en 1920 et 1923 et celles installées au Tchad et en RCA., avec tout l’héritage qui en découlera (naissance des écoles théologiques, fondation de la FEMEC devenue CEPCA, contribution à la fondation de la faculté de théologie devenue UPAC, mise sur pied du MICCAO…)
De même, il soulignera que la société camerounaise aura été impactée par les services de qualité réalisés par les œuvres sociales de l’EELC et l’EFLC dans les domaines de la santé, l’éducation, le développement socio-économique, puis la formation d’une conscience citoyenne participative de la paix et au développement national.
Par la suite, il précisera les dangers interne et externe auxquels les Eglises luthériennes doivent faire face aujourd’hui : les crises de division ethniques face auxquelles il ne faut guère céder, les enjeux et défis de notre monde de globalisation et de pluralisme religieux.
Au nom de l’adage selon lequel « l’union fait la force » et pour garder l’héritage tant des missionnaires que des pionniers africains, il proposera quelques résolutions en trois grands axes :
 Dans le cadre de la sous-région Cameroun-Tchad-RCA : que les leaders des 04Eglises Evangéliques et Luthériennes se rencontrent pour davantage capitaliser leur héritage, réfléchir à développer la présence luthérienne dans la sous-région, réfléchir sur la pastorale à l’orée de la célébration des 500ans du Luthéranisme ;
 Dans le cadre ecclésial, que l’EELC et l’EFLC organisent la retraite spirituelle des responsables régionaux et élargisse par la suite ce cadre aux autres quatre Eglises ; que l’EFLC et l’EELC mettent sur pied un comité national de la FLM ainsi qu’un Comité en charge de réfléchir sur la faisabilité de ces rencontres;
 Au plan structurel : que les Instituts de théologie formalisent une plate-forme en vue de développer la partenariat académique dans la sous-région ; que les organisations communes des deux Eglises (MICCAO, LUCWA, SAWTU LINJILA) soient pleinement accompagnées et soutenues dans le double domaine de stratégie de continuité et ressources appropriées ; que la présence luthérienne soit plus manifeste au sein du CEPCA aux plans décisionnel, exécutoire et constitutionnel.
Le REV. GOYEK Robert mettra un terme à son intervention en priant Dieu pour la stabilité au sein de l’EELC et en formulant le vœu pour une élection dépassionnée et objective.
2.2 MISSION EVANGELIQUE LUTHERIENNE AU MALI (MELM)
Commencée en Août 2010, cette mission a déjà permis à l’EELC d’envoyer huit missionnaires dans cette région, pour évangéliser les peuls musulmans et améliorer les conditions de vie des démunis.
Malgré le contexte d’insécurité, il ya des conversions et des baptêmes, deux Eglises ont été construites dans le nord du Mali. Néanmoins, la MELM a sensiblement diminué son travail dans le Nord insécuritaire pour le concentrer dans le Sud, plus paisible, précisera le REV. NGAYAP MOÏSE.

2.3 INTERVENTION DU Rev SONGSARE AMTSE PIERRE
Il s’est dit très heureux de réaliser que son carquois avait plusieurs flèches avec des sorts divers. Il se réjouira de constater que qu’il ya plein d’espoir au sein de l’EELC.
Le sage relèvera que le temps ne nous appartient pas et que point n’est besoin de se quereller. De plus, il invitera les Pasteurs franc-maçon et rosicruciens à se repentir.
Pour lui, la nécessité de marcher ensemble d’un même pas s’impose. Il mettra un terme à son intervention par des exhortations : tendre la main aux dissidents ; être des flèches qui atteignent leur but et non celles qui ratent leurs cibles ; prendre toutes les dispositions administratives nécessaires pour mettre un terme aux remous qui secouent l’EELC.

III. RESTITUTION DES TRAVAUX EN COMMISSIONS
Au terme des travaux en commissions et des débats ayant sanctionné ceux-ci, de nombreuses résolutions et recommandations ont été formulées qui sont reprises à la fin de ce rapport.

IV-ENSEIGNEMENT
Cet ultime enseignement du 30e Synode a été donné par le Rev. Daniel KITUT et portait sur « La création n’est pas à vendre », tiré de Gen.1 :26-27
L’orateur a axé son enseignement sur quatre points : l’homme en tant que créature, l’homme et la femme, la destination de l’homme comme dominateur de la nature et, la création n’est pas à vendre.
In fine, l’on retiendra que l’homme est fait à l’image et à la ressemblance de Dieu. C’est dans l’Homme que Dieu peut se glorifier. La véritable humanité, c’est la relation Homme-Dieu. Les grands problèmes actuels de l’humanité doivent être une préoccupation chrétienne.

IV-ELECTIONS
1- ELECTIONS DE L’EVÊQUE NATIONAL ET DE SON ASSISTANT
Cette phase fut animée par la Commission électorale non permanente chapeautée par la Revde. Marie BESONG
 ELECTION DE L’EVEQUE NATIONAL
Trois candidatures furent enregistrées : Rev. Dr DEOUYO Paul, Rev. Dr KOULAGNA Jean, Rev. Dr NGOZO Ruben.
Au terme du processus électoral, les résultats ci-après ont été enregistrés :
INSCRITS 507
Votants 507 100%
Bulletins nuls O1 0,20%
Suffrages valablement exprimés 506 99,80%
Suffrages exprimés en faveur des candidats
Rev. Dr Deouyo Paul 061 12,06%
Rev. Dr KOULAGNA Jean 078 15,22%
Rev. Dr Ngozo Ruben. 367 72,53%
EST ELU EVEQUE NATIONAL : Rev. Dr NGOZO Ruben.

 ELECTION DE L’EVEQUE NATIONAL ASSISTANT
Trois candidatures furent également enregistrées: Rev.GARGA ZIZI Enock, Rev. TELESAM Adolphe et Rev.YAYA BOURNANG.
Pendant la phase de la profession de la foi, les Rev.GARGA ZIZI Enock et YAYA BOURNANG vont désister.
Le Rev. TELESAM Adolphe sera seul en lice.
Au terme du processus, les statistiques se présentent comme suit :
INSCRITS 507
Votants 446 87,86
Abstentions 061 12,03
Bulletins nuls 025 05,60
Suffrages exprimés en faveur du candidat élu TELESSAM ADOLPHE 421 94,39%

2-ELECTION DES MEMBRES DU CONSEIL SYNODAL ET COMITES TECHNIQUES
L’équipe de Mme BESONG Marie cèdera la place à la Commission électorale permanente pour la suite des élections. Celles-ci concerneront les membres du Conseil Synodal, du CRTLAO de la CCC de la cellule juridique et fiscale et de la CE dont les listes figurent en annexe.
NB : Tous les membres dont les mandats sont échus furent remplacés alors que ceux dont les mandats sont encore en cours furent reconduits. Toutes les propositions préparées et analysées en aval à l’avance ont été validées à l’unanimité.

JOURNEE DU DIMANCHE 25 JUIN 2017
Cette journée d’apothéose a connu deux temps forts : la célébration cultuelle proprement dite avec eucharistie et les interventions.

I-LA CELEBRATION CULTUELLE
Le REV. Adamou André sera aux manettes de la liturgie et la Rvde Dr ADA Jeanne épse MAÏNA assurera la méditation tirée de MT 10 :24-39 Contextualisant son message, la prédicatrice rappellera que l’élection de Mgr NGOZO Ruben au poste d’Evêque National pour un deuxième mandat est un choix de Dieu. Elle invitera alors les uns et les autres à respecter ce choix du créateur qui seul, choisit ses hommes pour ses brebis. De même, elle exhortera le nouvel Evêque à tendre la main à tout le monde, même à ceux qui ne l’ont guère voté.

II- LES INTERVENTIONS
Il y en a eu trois au total.
Le Président du Comité d’organisation du 30e synode et celui dudit Synode général prendront tour à tour la parole. Le premier présentera succinctement les recettes et les dépense de ce grand rendez-vous, prétexte tout trouvé pour remercier dans leur entièreté tous ceux qui se sont mis à contribution pour la réussite de ce grand Synode de poli.
Pour sa part, le président du 30e Synode Général, Rev. HAMADICKO Jean Marcel, en compagnie de ses membres s’excusera auprès des synodaux pour tous les manquements qui auraient transparu dans la direction des activités pilotées par son bureau. Il présentera le nouvel Evêque et son Assistant, les nouveaux membres du Conseil Synodal et leurs suppléants, ceux du CE ; du CTRLAO et de la toute nouvelle Cellule Juridique de l’EELC.
L’ultime intervention sera celle de Mgr NGOZO Ruben, Evêque National réélu pour un mandat de 4ans. Celui-ci, après avoir exprimé sa gratitude aux autorités administratives, aux populations de poli, aux inconditionnels Partenaires et aux électeurs, a tendu la main à tous pour travailler ensemble. Il félicitera en passant, ses adversaires, en promettant qu’il n’y aura guère la chasse aux sorcières.
Le rideau s’est ainsi refermé sur le 30e Synode Général de Poli que le guide spirituel a clôturé au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit.

RESOLUTIONS ET RECOMMANDATIONS

COMMISSION DES AFFAIRES ADMINISTRATIVES ET JURIDIQUES
SG01/17 : Le SG recommande que certaines dispositions de la Constitution de l’EElC soient modifiées ainsi qu’il suit :
 ARTICLE I : DE LA CONSTITUTION
• Alinéa 1 : au lieu de : l’Eglise que régit la présente Constitution, anciennement dénommée « EGLISE EVANGELIQUE LUTHERIENNE DU CAMEROUN », en abrégé EELC autorisée par Décision Ministérielle N°63/ATF/AG/2/ du « juillet 1965 du Ministre Délégué à la Présidence chargé de l’Administration Territoriale Fédérale, devient EGLISE EVANGELIQUE LUTHERIENNE AU CAMEROUN, en abrégé, EELC
LIRE : L’Eglise que régit la présente Constitution, est dénommée « EGLISE EVANGELIQUE LUTHERIENNE DU CAMEROUN », en abrégé EELC autorisée par Décision Ministérielle N°63/ATF/AG/2/ du « juillet 1965 du Ministre Délégué à la Présidence chargé de l’Administration Territoriale Fédérale.
 ARTICLE 15
• Alinéa 3 : au lieu de : Il est composé
– de l’Evêque National de l’EELC ;
– de l’Assistant à l’Evêque National ;
– du Secrétaire Général ;
– du Directeur financier .
LIRE : Alinéa 3 : Il est composé :
– de l’Evêque National de l’EELC ;
– de l’Evêque National Assistant ;
– du Secrétaire Général ;
– du Directeur financier.

 ARTICLE 32 : DE L’ENTREE EN VIGUEUR DE LA CONSTITUTION
• Alinéa 1 : La présente Constitution entre en vigueur dès son adoption par le Synode Général
• Alinéa 2 : toute disposition antérieure et contraire à la présente Constitution est abrogée
• Alinéa 3 : Toutefois, il ne sera procédé que graduellement à la mise en place des Organes de la présente Constitution sans préjudice de l’extinction normale des mandats en cours
LIRE ARTICLE 32 : DE LA CELLULE JURIDIQUE ET FISCALE
• Alinéa 1 : Elle est instituée au sein de l’EELC en vue d’analyser et d’orienter les décisions à prendre dans les affaires à caractère juridique et fiscale
• Alinéa 2 : Toute initiative d’action en justice doit requérir au préalable son avis
• Alinéa 3 : Elle peut proposer au Conseil Synodal et au B.E d’intenter une action en justice contre toutes atteintes au préjudice de l’EELC
• Alinéa 4 : toute personne (physique ou morale), membre de l’EELC a le droit de la saisir par voix hiérarchique
• Alinéa 5 : Elle est responsable devant l’Evêque National, le Conseil Synodal et le Synode Général
• Alinéa 6 : Elle représente l’EELC devant les juridictions d’Etat.
 ARTICLE 33 : DE L’ENTREE EN VIGUEUR DE LA CONSTITUTION
• Alinéa 1 : La présente Constitution entre en vigueur dès son adoption par le Synode Général
• Alinéa 2 : Toutes dispositions antérieures contraires à celles de la présente Constitution sont abrogées.
• Alinéa 3 : Toutefois, la mise en place des Organes de la présente Constitution se fera progressivement sans préjudice d’extinction normale des mandats en cours.
SG02/17 : Le SG recommande que certaines dispositions du Règlement Intérieur soient modifiées ainsi qu’il suit :
 ARTICLE 23 : Au lieu de l’Assistant à l’Evêque national
LIRE : ARTICLE 23: DE L’EVEQUE REGIONAL ASSISTANT
 ARTICLE 32 :
• Alinéa 1 : Au lieu de : Le Bureau Exécutif de l’EELC est composé de :
– L’Evêque National de l’EELC,
– L’Assistant à l’Evêque National,
– Du Secrétaire Général de l’EELC,
– Du Directeur Financier de l’EELC
• LIRE Alinéa 1 : Le Bureau Exécutif de l’EELC est composé de :
-L’Evêque national de l’EELC
– L’Evêque National Assistant
– Du Secrétaire Général de l’EELC
-Du Directeur Financier de l’EELC
 ARTICLE 34-
• Alinéa 1 : Au lieu de : DE L’ASSISTANT A L’EVEQUE NATIONAL
L’Assistant à l’Evêque National supplée l’Evêque National de l’EELC en cas d’empêchement, d’absence prolongée ou
prolongée ou de maladie.
• LIRE Alinéa1 (Nouveau) : DE L’EVEQUE NATIONAL ASSISTANT
L’Evêque National Assistant supplée l’Evêque National de l’EELC en cas d’empêchement, d’absence prolongée ou
prolongée ou de maladie.
 ARTICLE 39
• ALINEA 1 : Au lieu de : Les Directions chargées de l’Evangélisation et de l’Education chrétienne sont :
-Direction de l’Evangélisation et Mission
-Direction des Femmes Pour Christ
–Direction de la Jeunesse
-Direction de l’Enseignement Biblique et Théologique
-Direction de l’Education Chrétienne
• LIRE ALINEA 1(Nouveau) : Les Directions chargées de l’Evangélisation et de l’Education Chrétienne sont :
-Direction de l’Evangélisation et de la Mission
-Direction des femmes Pour Christ
-Direction de la Jeunesse
-Direction de l’Enseignement Biblique et Théologique
-Direction de l’Education Chrétienne
-Direction de l’Enseignement Supérieur.
 ARTICLE 41
• ALINEA5 : Au lieu de : Sont considérés comme Commissions et Comités techniques Permanentes de l’EELC :
-Le Comité de réflexion Théologique, de Liturgie et des Affaires Œcuméniques (CRTLAO)
-Le Comité de Constitution et de Conventions(CCC)
-Les Commissions Electorales(CE)
• LIRE ALINEA 5 ( Nouveau) : Sont considérés comme Commissions et Comités techniques Permanentes de l’EELC :
-Le Comité de réflexion Théologique, de Liturgie et des Affaires Œcuméniques (CRTLAO)
-Le Comité de Constitution et de Conventions(CCC)
-Les Commissions Electorales(CE)
-La Cellule Juridique et Fiscale (CJF)
 ARTICLE 44 (Nouveau) : DE LA CELLULE JURIDIQUE ET FISCALE
• ALINEA 1 : Elle reçoit les dossiers litigieux, les analyses et donne les orientations y afférentes
• ALINEA 2 : Elle peut proposer au CS et au BE d’intenter des actions en justice au cas où les mis en cause sont ceux qui devraient protéger les intérêts de l’Eglise.
• ALINEA 3 : Elle statue sur les motifs de la saisine et donne suite au Requérant dans un maximum de quinze jours (15) , à compter de la date de réception
• ALINEA 4 : Elle est composée de deux (02) Juristes et de deux Pasteurs titulaires d’un master en théologie, au moins.
 ARTICLE 78 : DISPOSITIONS TRANSITOIRES ET FINALES
Tous les documents et littérature de l’EELC portent désormais la dénomination EGLISE EVANGELIQUE LUTHERIENNE DU CAMEROUN (EELC)
SG03/17 : Le SG recommande que pour soutenir juridiquement le retour à l’Eglise Evangélique Luthérienne du Cameroun,
• Tous les amendements intervenus au Synode Général de l’EELC à Garoua en 2007 sont maintenus, exceptés celui concernant le changement de dénomination.
• Il faut se référer aux résolutions du Synode Général tenu à Bertoua, notamment : SG07-15 et SG08-15
SG04/17 : Le SG, malgré les nombreuses campagnes électorales observées pendant les Synodes Généraux électifs, recommande le maintien du mandat de quatre (04) ans renouvelable une fois, au lieu d’un mandat de huit (08) ans non renouvelable, pour éviter le recours au vote sanction et l’inertie des Responsables élus.

COMMISSION DES FINANCES
SG05 /17 : Le SG recommande la sécurisation et la bonne gestion de toutes les ressources collectées (offrandes, dîmes, recettes issues des ventes des services dans les institutions), à travers :
• L’utilisation des outils de gestion pour permettre la traçabilité des informations ;
• La production régulière et simultanée des rapports d’activités et financiers ;
• La mise des rapports à la disposition des intervenants du système (fidèles, employés des institutions, responsables hiérarchiques)
• L’exploitation des rapports et l’évaluation de l’état d’avancement des résolutions issues des rapports
SG06/17 : Le SG recommande l’accroissement du niveau actuel des recettes par :
• Le développement des stratégies à même d’augmenter les ressources en fonction des contextes (sensibiliser les fidèles à donner plus, améliorer l’accueil des patients, réviser les prix des médicaments et des actes, mettre en place des services inexistants pour les formations sanitaires, sensibiliser les fidèles à soutenir l’œuvre scolaire)
• La mise sur pied des activités génératrices des revenus (en fonction des potentialités locales, mettre sur pied des cadres adéquats pour la gestion des projets, réactiver la direction des projets afin d’encadrer les institutions et les unités ecclésiales)
SG07/17 : Le SG recommande l’implication de tous les responsables des unités ecclésiales et des institutions dans l’application des directives de l’Eglise (d’où la nécessité de les former, de les accompagner et d’appliquer des sanctions aux contrevenants des instructions de la hiérarchie).
SG08/17 : Le SG recommande le respect du budget élaboré dont la réussite passe par
• La formation et l’accompagnement des responsables sur son élaboration et sa gestion
• La production des rapports d’évolution des activités et des finances sur une base mensuelle
• L’exploitation des rapports et l’évaluation de l’état d’avancement de l’implémentation des résolutions issues des rapports
• La réquisition de l’avis des organes décisionnels pour les dépassements des lignes budgétaires
• La mise sur pied des mesures de contrôle interne à l’effet d’apprécier la qualité des dépenses (à travers le renforcement du pouvoir des commissaires aux comptes dans les congrégations, l’implication effective des comptables dans le circuit de gestion des institutions, l’accompagnement permanent du contrôle général).
SG09/17 : Le SG recommande l’utilisation des outils de gestion mis à la disposition des régions par la Direction des finances, préconise la formation des responsables et des utilisateurs de ces outils et insiste sur l’obligation de la bonne utilisation desdits outils sous peine de sanctions.
SG10/17 : Le SG recommande qu’une meilleure traçabilité soit assurée de la base au sommet. A cet effet, il faut
• Disponibiliser permanemment les outils de gestion dans les unités ecclésiales et les institutions
• Appliquer les chronogrammes de transmission des rapports établis dans les institutions
• Fixer les délais de transmission des rapports dans les unités ecclésiales(le 05 de chaque mois des congrégations vers le district, le 15 de chaque mois des districts vers les régions, et trimestriellement des régions vers le BE)
• Appliquer aux contrevenants les sanctions prévues par le règlement intérieur.
SG11/17 : Le SG recommande l’implémentation du processus de centralisation dans toutes les Régions synodales en vue d’améliorer la gestion de celles-ci et d’assurer le meilleur traitement des ouvriers et l’amélioration de sa gestion dans la région pionnière du centre à travers les corrections des erreurs et manquements enregistrés, l’inspiration des exemples réussis dans d’autres Eglises.
SG12/17 : Le SG recommande
• qu’un audit des ressources humaines dans l’OSEELC soit commandité avec pour mission d’analyser la structure des postes d’emplois existants et celle des salaires, de vérifier les primes attribuées et les harmoniser, d’indiquer le besoin réel d’employés par unité (NB : rechercher un financement externe pour le besoin de la cause, car les formations sanitaires sont actuellement incapables de financer un tel audit)
• que les recrutements soient suspendus au sein de l’OSEELC sauf cas de force majeure (recrutement des nouveaux spécialistes, remplacement du personnel des services spécialisés existants…)
• la promotion des affectations pour compléter les effectifs des formations qui sont dans le besoin.

COMMISSION EVANGELISATION ET MISSION
SG13/17 : Le SG recommande
• la création des Comités d’évangélisation dans toutes les grandes Congrégations, les former et les outiller
• la budgétisation de l’évangélisation
• la création des cellules de prière dans les quartiers
• l’appliquer des méthodes de récupération des filles et fils isolés de l’Eglise
• l’utilisation des talents des chrétiens pour l’évangélisation
• l’organisation les séances de partage du repas fraternel
• le parrainage des petites congrégations par les grandes
• le fractionnement des grandes communautés en plusieurs lieux de culte
• la conscientisation des élites à soutenir l’Evangélisation et la mission dans leurs localités et villages
• l’entretenir d’une bonne collaboration avec les autorités administratives, traditionnelles et le CEPCA
SG14/17 : Le SG recommande
• l’organisation d’une journée de mission (01 Dimanche) au sein de l’EELC pour soutenir la mission externe de l’Eglise au Mali
• la contribution d’un montant de 50.000Fpar an et par Région pour la même cause
• Que les responsables d’évangélisation dans les Congrégations et les Districts produisent des rapports et que ces rapports d’évangélisation puissent être présentés aux synodes à tous les niveaux.
SG15/17 : Le SG recommande l’adoption des stratégies pour le réveil spirituel au sein de l’Eglise notamment à travers :
• L’Evangélisation par comportement
• L’organisation par le Responsable du Centre de Guérison Spirituelle des tournées dans les districts de l’EELC
• L’organisation des semaines de jeûne et prières dans les Congrégations
• L’accentuation des enseignements et études bibliques dans les Congrégations
• L’accentuation par les Pasteurs, Anciens et Diacres des visites à domicile dans les quartiers
• La production par la Direction de l’Education Chrétienne d’un canevas national d’éludes bibliques allant dans le sens du réveil spirituel.
• L’utilisation du temps de prédication pendant le culte pour passer un enseignement biblique autant que faire se peut.

COMMISSION DE REFLEXION THEOLOGIQUE
SG16/17 : Le SG recommande la création d’une fondation épiscopale dans laquelle les Evêques en fin de mandat pourront servir ; cette fondation fera dans le développement et mission et serait un projet de l’administration de l’EELC.
SG 17 /17 : Le SG recommande que l’Evêque National arrivé en fin de mandat soit mis en repos sabbatique pour un an avant de se reconstruire.
• Ce temps lui permettra d’écrire l’histoire de son épiscopat
• Il jouira de son salaire de base sans aucune prime liée à sa responsabilité
• Son traitement médical ‘à lui seul) sera pris en charge par l’Eglise pendant cette année
SG18/17 : Le SG recommande que l’Evêque régional arrivé en fin de mandat (Evêque Emérite) soit remis à l’administration centrale qui procèdera à son affectation (dans une congrégation de sa Région, dans d’autres régions, dans les Aumôneries ou dans les Institutions)
SG 19/17 : Le SG recommande que les Evêques arrivés en fin de mandat utilisent la tenue d’apparat proposée par le comité et adoptée par le Synode Général pour leur sortie officielle.
SG 20/17 : Le SG recommande que les âges requis pour les candidatures aux postes d’Evêque National, Assistant et Evêque régional sont :
• Evêque National : 50 ans
• Evêque National Assistant : 45 ans
• Evêque Régional : 45 ans
SG 21/17 : Le SG recommande que l’assistant à l’Evêque national soit désormais appelé : Evêque National Assistant.
SG22/17 : Le SG recommande que le mode de désignation des Evêques (nationaux et régionaux) et du secrétaire Général soit remis à plus tard, du fait de leur délicatesse afin que des idées soient suffisamment bien mûries à cet effet.

COMMSSION DU DEVELOPPEMENT STRATEGIQUE
SG23/17 : Le SG recommande la création des activités génératrices de revenus qui répondent efficacement aux besoins de la localité ciblée.
SG24/17: Le SG recommande la formation des fidèles aux petits métiers et à l’identification des projets porteurs.
SG25/17 : Le SG recommande aux Congrégations d’encourager l’alphabétisation fonctionnelle.
SG26/17 : Le SG recommande le renforcement des capacités d’accueil des Régions hôtes des Synodes Généraux
SG27/17 : Le SG recommande la mise en œuvre du Département des Programmes et Projets économiques et sociaux au sein de l’EELC
SG28/17 : Le SG recommande la création d’un Comité Technique chargé de la Réflexion sur le Développement holistique de l’EELC à l’image des autres Comités.
SG29/17 : Le SG élit le RevDr NGOZO Ruben au poste d’Evêque National pour un mandat de 04 ans.
SG30/17 : Le SG élit le Rev. TELESSAM Adolphe au poste d’Evêque National Assistant pour un mandat de 04 ans.
SG31/17 : Le SG élit les membres du Conseil Synodal, de la Commission Electorale, de la Cellule Juridique et Fiscale, du Comité de Réflexion Théologique et des Affaires œcuméniques pour un mandat de 04 ans (voir listes en annexe).
SG32/17 : Le SG recommande que le prochain Synode Général se tienne en 2019, dans la Région Synodale Nord-Est.

FAIT A NGAOUNDERE, LE ___________
LE RAPPORTEURS LA VICE-PRESIDENTE

-MAÏOUA L.Samuel Rvde MBAÏLARY Martine

LE PRESIDENT DU SYNODE GENERAL

Rev. HAMADICKO Jean Marcel

MEMBRES DU CONSEIL SYNODAL

 MEMBRES TITULAIRES
N° NOMS ET PRENOMS REGIONS
1 Rev. MAÏNA MARTIN Centre
2 NDOBELATIA SAMUEL Centre
3 Rev.ADAMOU DAVID Est
4 OUMAROU BATOURI RAPHAEL Est
5 Rev.DJOMO RENE ROGER Mbéré
6 HAMADOU Mbéré
7 KADIRI SAMUEL Nord
8 Rev.YAYA OUMAROU Nord-Est
9 Mme MBOKE AMINATOU Nord-Est
10 RevDJAIMO NATHANAËL Nord-Ouest
11 Mme BIKO née WARANGO MARIE ANGE Nord-Ouest
12 NGNESSELON MATHIEU Ouest
13 Mme MVOUGAH née KEFIO ROSE Sud
14 TCHIOMGBE VINCENTE épse DJOULDE Sud-Est
15 SALATOU CHRISTIAN Sud-Ouest

 MEMBRES SUPPLEANTS

N° NOMS ET PRENOMS REGIONS
1 Rev. MBAÏTOUKAO BERNARD Centre
2 GARGA SIMON Centre
3 Rev.DEKE DOKO PAUL Est
4 LITTA SUZANNE Est
5 Rev.SEDAKO PAUL Mbéré
6 BAKARI JEAN IKELLE Mbéré
7 BOUBA EZECHIEL Nord
8 Rev.DASRO BRUNO Nord-Est
9 METOUGJIDA NESTOR Nord-Est
10 RevBETROSSEFREDERIC Nord-Ouest
11 BETKEMO MARCEL Nord-Ouest
12 MBONGBE Ouest
13 Mme SINDJUI BERTHE Sud
14 Mme BOUK épse BABA Sud-Est
15 Mme TCHEMBO AURELIE Sud-Ouest

MEMBRES DE LA COMMISSION DE REFLEXION THEOLOGIQUE LITURGIQUE ET DES AFFAIRES OEUCUMENIQUES (CTRLAO)

N° NOMS ET PRENOMS REGIONS
1 Rev. GAGA FRANCIS
2 Rev. YERIMA BOUBA FRANÇOIS
3 Rev. MAÏNA JONAS
4 Rev. MOGONANG
5 Rev. TSELL PAUL
6 Rev. YOUA ZACHARIE

MEMBRES DE LA COMMISSION ELECTORALE PERMANENTE

N° NOMS ET PRENOMS REGIONS
1 ALI LABI
2 BOBO ENOCK
3 Mme TCHOUANKEU
4 SANDA SAMUEL
5 Mme KOUDJO
6 BAKARI SODEA

MEMBRES DE LA CELLULE JURIDIQUE ET FISCALE
N° NOMS ET PRENOMS REGIONS
1 ANGOULA JEAN-CLAUDE SUD-EST
2 TAKOA ISIDORE NORD
3 NGNALDAL EDOUARD SUD
4 Rev. NDOYAMA Felix MBERE
5 WABO TAGA ANTOINE CENTRE
6 Rev. SIMBE NICODEME SUD-OUEST

MEMBRES DU CCC à compléter

http://credit-n.ru/zaymyi-next.html http://credit-n.ru/zaymyi-next.html

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *