Message de Pâques 2018 au peuple de Dieu de la part de Mgr Dr Ruben Ngozo, Evêque National de l'EELC

Message de Pâques 2018 au peuple de Dieu de la part de Mgr Dr Ruben Ngozo, Evêque National de l'EELC

MESSAGE DE PAQUES DU 1er AVRIL 2018

MARC 16 :1-8

L’échec des projets des hommes face à la volonté de Dieu

Sommaire

I. Le projet des femmes 3
a. Combien des femmes ont fait le projet ? 3
b. La raison du projet 3
c. La nature du projet 4
II. La volonté ultime de Dieu 5
a. Avant la chute 5
b. Après la chute 5
c. Les Commandements 5
d. La mort et la résurrection de Jésus 5
III. Plan opérationnel d’expression de la volonté de Dieu 6
a. La résurrection 6
b. L’apparition 6
Conclusion 7

Introduction

I. Le projet des femmes
a. Combien des femmes ont fait le projet ?
Un projet est une vision, un objectif qu’on veut réaliser dans un contexte bien défini, par les moyens définis pour un temps déterminité. Revenant dans la Bible, combien de femmes ont fait des projets autours de l’événement capital de Jésus ?
Selon l’évangile de Matthieu, beaucoup de femmes étaient venues de la Galilée pour servir Jésus comme il montait pour la pâque juive. Parmi elles on note les principales faces notamment : Marie-Madeleine, Marie mère de Jacques et la mère des fils de Zebedée . Elles ont été témoins oculaires de la passion de Jésus. Cependant seules Marie-Madeleine et Marie la mère de Jacques ont assisté à la mise au tombeau et à la résurrection. Selon Matthieu, plus de trois femmes à la crucifixion et deux à la mise au tombeau et à la résurrection (Mat. 27 :25ss).
Selon Luc, il y avait une grande multitude de femmes venues de la Galilée et qui se tenaient à distance pour voir ce qui arrive à Jésus. Parmi elles, on note la présence de Marie-Madeleine, Jeanne, Marie mère de Jacques (Lc 23 :27-28). Il semble que toutes ses femmes ont constaté le tombeau vide (Lc 24 : 10).
Jean quant à lui mentionne quatre femmes au départ, notamment : Marie sa mère, la petite sœur de sa mère, Marie femme de Cléopas et Marie –Madeleine (Jn 19 :25). Mais seule Marie –Madeleine est témoin de la résurrection (Jn 20 :1ss).
Marc, dans le passage qui nous concerne, parle de deux femmes qui ont été témoins oculaires de la mise au tombeau de Jésus par Joseph d’arimathée au début : Marie Madeleine et Marie mère de José. (Marc15 :47). Mais à la résurrection, il mentionne trois femmes : Marie –Madeleine, Marie mère de Jacques et Salomé (Marc 16 :1).
Dans ce segment, nous avons décliné l’identité des femmes qui ont été témoins de la passion de Jésus selon les quatre Evangiles. Mais ces femmes quelque soit le discours de chaque évangéliste ont tissé un projet dont nous allons révéler la raison ci-dessous.

b. La raison du projet

Pour quelle raison les femmes venues de la Galilée ont formulé le projet du dimanche matin de la pâques ? La réponse se trouve dans leurs agissements et dans l’historique même de l’événement. Alors que venues pour la pâques à Jérusalem, elles se trouvent dans une situation grave et très inconfortable. Le maitre qu’elles sont venues servir est arrêté par les autorités juives : les pharisiens, les grands-prêtres et les scribes. Il a été dévoilé aux autorités Romaines après le jugement de sa nation. Il a été battu, jugé et condamné sous Ponce Pilate pour être crucifié. Elles suivent l’événement proche ou de loin. Il est crucifié finalement et elles se tapent la poitrine. D’autres se trouvent même au pied de la croix et très inconsolables. C’est ici le lieu pour nous de révéler que dans le monde Greco-Romain, la crucifixion est la marque d’une mort honteuse réservée aux grands bandits et autres criminels. Pour les Juifs, une telle mort représente une malédiction.
Les femmes ont, de plus, assisté à la mise au tombeau par Joseph d’arimathée et Nicodème, tous deux disciples de Jésus mais en cachette. Maintenant ils ne se cachent plus. Il faut aller jusqu’au bout, mais le temps est court pour les femmes à cause du sabbat qui commence bientôt ce vendredi soir. Elles n’ont pas eu le temps d’arranger le corps de Jésus comme il est de coutume chez les Juives. Il le faut absolument car Jésus est mort, tué par les Juifs et les Romains. Un grand phénomène social atroce est arrivé. Il faut cependant respecter la tradition : Embaumer le corps pour qu’il ne se décompose pas vite.

c. La nature du projet

Le projet des femmes qui ont quitté la Galilée et qui se trouvent actuellement à Jérusalem consiste à embaumer le corps de Jésus avec des parfums à grand prix. Elles auraient acheté ces aromates le vendredi soir avant 18heures. Elles ont passé le sabbat dans le deuil.
Autres aspect du projet des femmes à souligner est que l’arrangement du corps du regretté se faisait avant l’enterrement. Un peu comme chez nous ici au Cameroun. Il faut, soit à la maison ou à la morgue, mais avant l’enterrement, arranger le corps. Il faut mettre à la personne décédée un habit significatif. Pour les hommes on met la veste, les gangs, les chaussettes, les chaussures, un tissus d’une association s’il en faisait partie… Pour les femmes on mets les plus beaux pagnes ou robes ou autres habits des femmes même s’il faut en acheter. Si la femme fait partie des Femmes Pour Christ, il faut une pièce de pagne FPC. Ceci témoigne dans la société que la mort est une réalité et a une valeur sociale. La mort de Jésus est aussi une très grande réalité ; c’est pourquoi il faut l’arranger par les grands parfums. Jésus est réellement mort aux yeux des femmes et même à nos yeux selon le témoignage des Saintes Ecritures.
Aussi, faut-il observer, comme au sein de l’EELC, que la mort est signalée par les mouvements des familles et des proches. On reconnait le lieu de deuil par le groupent des personnes. Pour avoir ce groupement, on forme de petits groupes, on quitte même le travail et on va agrandir le groupe là où il y a deuil. Les femmes se racontent souvent les petites choses concernant ce deuil. Les hommes creusent le tombeau et manifestent réellement la solidarité. La mort, il faut le reconnaitre, est un phénomène social, car même les ennemis du disparu sympathisent.
C’est de la même manière que Marie-Madeleine, Marie Mère de Jacques et Salomé ont décidé de formuler le projet d’embaumer le corps de Jésus même après son enterrement. Au lever du soleil elles prennent la route du calvaire. Mais il y a un obstacle. Joseph d’arimathée et Nicodème avait fermé la tombe avec une grosse pierre. Les hommes ne sont plus là. Qui va donc enlever la pierre afin que le corps de Jésus soit parfumé. Une grande inquiétude est née et fait l’objet d’un échange froid entre les trois femmes. Déjà il y a un obstacle, la grosse pierre. Est-ce que ce projet va se réaliser ? Si la pierre n’est pas enlevée, les femmes seront encore dans un deuxième deuil. Faut-il appeler les disciples pour les aider à enlever à la grosse pierre ? Mais où les trouver car ils ont fuit et se cachent à cause de la peur qu’ils ont des Juifs. Il faut tout de même y aller et on verra si nous-mêmes ne pouvons pas ôter la pierre. En réalité, les trois femmes comptaient sur leur propre force pour enlever la pierre afin d’entrer dans le tombe et réaliser leur projet. Mais ce grand projet des femmes va se heurter contre la volonté de Dieu.

II. La volonté ultime de Dieu

a. Avant la chute

La toute première volonté de Dieu de vivre en parfaite collaboration avec toute la création dont les hommes s’est manifestée dès le jardin d’Eden avant la chute. L’histoire raconte que Dieu a placé l’homme dans le jardin et tenait dialogue avec celui-ci jusqu’à ce que le diable trouble cette bonne collaboration. Dieu associe les hommes à coopérer avec lui pour cultiver et garder la création. Le projet étant dérobé par le diable, Dieu ne se fatigue pas. Il continue à chercher l’homme afin de le réhabiliter dans la première position. Dieu a besoin des hommes pour son royaume malgré les attaques du diable.

b. Après la chute

Après la chute, Dieu manifesta encore sa volonté pour sauver les hommes dans l’histoire de la sortie d’Egypte. Ayant passé cinq siècles comme esclaves en Egypte, Dieu intervient dans l’histoire de son peuple encore. L’histoire de la sortie d’Egypte préfigure l’histoire de la rédemption holistique en Jésus. Un combat oppose le diable représenté par Pharaon et Dieu représenté par Moïse. Tout se passe par les défis. Finalement Dieu gagne le duel et fait sortir son peuple de l’esclavage au moyen d’un agneau sans défaut, immolé dont le sang devait sauver la vie des enfants d’Israël. Jésus est l’agneau de Dieu. Son sang donne la vie.
Dans cette histoire, la volonté de Dieu passe par un plan stratégique. Les défis lancés par le Pharaon n’étaient que tic-tacs par lesquels Dieu devait accomplir sa volonté de libérer son peuple de l’esclavage à la liberté dans un pays où coulent le lait et le miel. Ceci entrevoit la libération de l’esclavage du péché pour le royaume de Dieu.

c. Les Commandements

Remarquons que la volonté d’un homme s’exprime à travers sa parole. En Afrique, les dernières paroles d’un mort représentent sa dernière volonté et celle-ci doit être prise au sérieux. Dieu aussi exprime sa volonté par ses commandements. Les dix commandements que Jésus résume dans l’amour, expriment la volonté de Dieu. Dans Jn 14 : 15-24 Jésus affirme que celui qui l’aime doit garder ses commandements. Et il identifie ces commandements à ses paroles. La volonté de Dieu s’exprime par ses commandements qui ne sont autres choses que les Paroles de Dieu. Si tu gardes les Paroles de Dieu dans ton cœur, dans ton âme, dans ta pensée et agis avec toute ton énergie alors tu aimes Jésus.

d. La mort et la résurrection de Jésus

Enfin l’ultime volonté de Dieu s’exprime par la mort et la résurrection de Jésus. La volonté de Dieu pour sauver l’humanité et toute la création doit passer automatiquement par la mort de Jésus. Rien à faire. Jésus a prié pour que cela n’arrive pas, mais il a laissé Dieu exprimer sa volonté. Les Chrétiens accusent les autorités juives et romaines d’avoir crucifié Jésus sur la croix. Mais il faut comprendre que le plan du salut était déjà tracé et nul ne pouvait l’annuler ou même le changer. Dans Esaie 53, on voit un sauveur dont la souffrance devrait apporter le salut à toute une multitude. Un agneau sans défaut qu’on emmène à l’abattoir et dont la mort donne la vie. Les autorités juives et romaines avaient conçu le projet de tuer Jésus dès sa naissance. Par la mort de Jésus ils réalisent ce projet. Mais derrière tout cela, la volonté de Dieu y était. Le roi Hérode, Ponce Pilate, les soldats, les anciens, les scribes, Judas, Pierre et les souverains sacrificateurs n’ont été que des acteurs par qui devrait s’exprimer la volonté de Dieu. N’ont-ils pas échoué en fin de compte ?
De plus, revenons sur les femmes qui ont conçu le projet social d’inhumation de Jésus. Pour elles, rien d’autre ; Jésus est mort et elles-mêmes été témoins de son jugement, sa condamnation, sa crucifixion ; sa mise au tombeau. Il faut comprendre que dans cette histoire de la mort de Jésus, les femmes ne manifestaient que les relations sociales. Mais saisissons que leur projet social exprimait le plan de Dieu pour le salut. A la découverte du tombeau vide, leur projet échoue. Le constat que la pierre a été roulée donnait lieur d’espoir aux femmes car l’obstacle a été enlevé. Mais l’absence du corps de Jésus et la présence des anges mettent fin au projet des femmes. Il faut alors embaumer quoi puisque Jésus est revenu de la mort à la vie. Le projet a échoué devant la volonté de Dieu.

III. Plan opérationnel d’expression de la volonté de Dieu

a. La résurrection

Le plan opérationnel qui exprime la volonté de Dieu passe par la résurrection de Christ tout comme le plan de libération de l’esclavage en Egypte passe par l’immolation de l’agneau pascal juif et la traversée de la Mer Rouge en direction du pays où coulent le miel et le lait. La traversée de la Mer Rouge et le naufrage de l’équipe du pharaon exprime la toute-puissance de Dieu. Tout comme la résurrection de Jésus exprime la toute-puissance de Dieu.
Par ailleurs, la résurrection de Jésus a fait échouer le projet des Juifs qui, devant l’impossible, ne peuvent faire qu’appel à la corruption. Les soldats ont témoigné que Jésus est ressuscité. Les autorités juives donnent de l’argent pour cacher leur nudité.

b. L’apparition

L’apparition du ressuscité aux multiples disciples change la vie de ceux-ci. Les femmes éplorées sont mises en mission d’annoncer le vivant Jésus même si certaines d’entre elles avaient eu peur.
Les disciples qui avaient marché avec Jésus de Nazareth et qui croupissaient dans la crainte et la phobie rencontrent un Christ glorifié. De l’incrédulité, les disciples passent à l’action d’annoncer même aux autorités Romaines et Juives que Jésus est vivant. Leur foi renforcée et même persécutés, ils n’ont plus renié Jésus comme l’avait fait Pierre. De l’incrédulité, les disciples passent à la foi.

Conclusion

On dit souvent que quand la volonté de Dieu veut s’exprimer, mêmes les obstacles deviennent des avantages. Le Nouveau Testament dresse des occasions des complots et des complots des Juifs contres Jésus pour le tuer (Mat 21 :23-27 ; Mc 11 :27-33 ; Lc 20 :1-8 ; Mt 26 :1-5 ; Mc 14 :1-2 ; 22 :1-2 ; 11 :47-53) ; le projet de la mort de Jésus est aussi conçu même par les autorités romaines ; d’abord par le roi Hérode (Mat 2 :1-12) ensuite par Pilate ( Lc 23 :1-5 ; Mat 27 :2 ;, 11-14 ; Mc 15 :1-5 ; Jn 18 :28, 33-38) ; puis par Hérode (Lc 23 :6-12). Ces complots de part et d’autre mené par les Juifs et les Romains n’étaient que des stratégies de Dieu pour sauver l’humanité. Quand le projet des autorités juives et romaines échoue, ils persécutent les croyants, qui dans leur fuite emporte leur foi avec eux et l’expansion de l’Eglise commence.
Le projet purement social des femmes s’aligne aussi sur plan de Dieu pour sauver le monde. La résurrection n’exprime que la ferme volonté de Dieu pour le salut du monde. Quand ce projet social échoue, il change d’orientation. Les femmes deviennent les instruments de mission entre les mains de Dieu.
Bien-aimé, il faut bien comprendre la signification de la résurrection de Jésus pour toi. Arrête d’accuser les Juifs et les Romains. Ceux-là étaient les acteurs principaux que Dieu a utilisés pour te sauver. Tes péchés sont effacés par le sang de Christ. La résurrection te donne espoir de ton propre salut. Tu vas ressusciter après ta mort pour vivre avec le Christ. Dans ta vie actuelle, tu n’as rien d’autre à faire sinon d’aimer celui qui t’a sauvé. Et aimer Jésus consiste à garder sa parole dans ton cœur qui est le lieu de ta rencontre avec l’Esprit de Dieu. Aimer Jésus consiste pour toi à porter les marques d’amour de Jésus dans ton âme, le principe vital qui guide ton comportement. Il faut que la Parole de Jésus pénètre ton âme et guide ta conduite. Ainsi tu n’auras plus besoin à haïr ton prochain, à commettre l’adultère, à pratiquer la corruption, à développer l’injustice ; à te transmettre en véritables ennemis de tes semblables en devenant un terroriste pour semer la manique au milieu des hommes. Les terroristes aiment verser le sang. Fais attention avec le sang de ton prochain, car le sang est le principe de la vie. Verser le sang sous toutes les formes, même par la sorcellerie est un crime contre la volonté de Dieu. Souviens-toi toujours que tu es sauvé par le Sang de Jésus. Respecte donc le sang d’autrui. Aime Jésus aussi dans ta pensée. Purifie ta pensée car c’est d’elle que les actes sont produits. Aime Jésus avec toute ton énergie. Entreprends tout ce que tu fais pour remercier Jésus dans tes louages et actions de grâce avec toute ta force sans réserve. Souviens-toi que l’on aime Jésus de tout son cœur, de toute son âme, de toute sa pensée et de toutes ses forces. Ensuite va et raconte ce que Jésus a fait pour toi.

Mgr Dr Ruben Ngozo
Evêque National de l’EELC

http://credit-n.ru/zaymyi-next.html http://credit-n.ru/zaymyi-next.html

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *